Du Yoga et des soins énergétiques à la campagne

La clé de notre nouvelle vie « Yoga à la campagne », c’était de trouver une maison au grand air, avec un grand jardin et de quoi créer une jolie salle : et on a trouvé !

Chez Fayard, 63560 Servant

Nous sommes à l’extérieur du bourg, dans un hameau paisible. Les chats du voisinage viennent méditer sur le puits à l’ombre du tilleul, on dirait qu’il nous montrent la voie… Le jardin est un terrain de jeu idéal pour les oiseaux qui chantent à tue-tête pour notre plus grand plaisir, et pour Alice, qui adore jardiner.

La salle est lumineuse et offre une vue plongeante sur la campagne.

On peut y accueillir une 10aine de Yogis.

On y pratique aussi les soins énergétiques : les séances de Reïki et de Réflexologie Plantaire se déroulent sur une table de massage.

Alice

Je me suis mise au yoga en 2012.

Après 2 ans de pratique et en quête d’une manière agréable d’occuper mon temps et mon énergie, je me suis décidée à en faire mon métier.

J’ai suivi la formation de Yoga Sivananda et dans la foulée, 2 modules pour faire du yoga avec les femmes enceintes et les enfants.

A l’issue de cette formation, chacun reçoit un nom spirituel, le mien est Shakti, on peut le traduire par « l’énergie cosmique féminine ». Comme un clin d’œil à l’énergie qui me traverse en pranayama (les exercices de respiration) : une force douce en expansion dans la colonne vertébrale.

Aujourd’hui le yoga, pour moi c’est comme une danse, une plume qui s’envole, c’est comme un chat qui s’étire, un réveil agréable… un éveil, il y a le corps, la tête, … respire… tout se met au diapason, l’énergie circule !

Avec le Reïki, j’ai retrouvé cet écho, l’agréable sensation que l’énergie est là, dans les mains, il y a juste à l’accueillir et la laisser faire.

Alors, j’ai ajouté la Réflexologie Plantaire à mes « passe temps » énergétiques favoris.

Cyril

Après avoir découvert la pratique intensive du yoga, j’ai compris que je tenais là bien plus qu’un loisir banal, mais une manière de penser, d’être et de vivre qui pouvait enfin orienter ma vie dans le bon sens.

Malgré mon manque de souplesse chronique (physique et mentale), j’ai décidé d’en faire ma profession en suivant la formation de professeurs de l’ashram de yoga Sivananda de Neuville-aux-Bois. Il m’a paru clair que le yoga ne s’adresse pas aux gens déjà souples mais à ceux qui ont besoin de s’assouplir pour améliorer leur existence.

Avant de pratiquer et d’enseigner le yoga, j’avais une piètre idée de la souplesse ; je croyais que la souplesse était une sorte de faiblesse morale propre à ceux qui, ne croyant en rien, s’adaptent à tout, sans jamais se montrer très regardants sur leur vie. Je me trompais. La souplesse est une manière de se couler dans son environnement , non pas pour s’y conformer bêtement en finissant par penser comme tout le monde, mais, au contraire, une manière d’aiguiser sans cesse son esprit critique et sa conscience, grâce à des exercices pertinents.

On peut dire que la souplesse, au sens yoguique du terme, est un travail visant à reconnaitre au monde sa légitimité (sa dureté) tout en affirmant sa propre légitimité (sa souplesse). Pas besoin de se montrer dur, de se crisper pour s’adapter à la dureté du monde. La vie est un combat, mais un combat loyal où l’on peut rester soi-même, en restant fidèle à ses valeurs tout en étendant le champ de sa conscience. Et tant pis si le monde préfère rester dur et crispé, notre souplesse finira par l’emporter.

Pour comprendre l’essence du yoga, il faut avoir en tête qu’il a été inventé en Inde, qui encore aujourd’hui, est un pays de traditions rigides, un pays de castes et de mariages arrangés, d’injustice et d’instinct grégaire. Les premiers yogis furent des dissidents. L’essence du yoga, c’est tout sauf le conformisme, c’est la primauté de l’individu sur le groupe, la volonté farouche d’accorder la préférence à tout ce qu’il peut y avoir en soi de sacré plutôt qu’au Social, au sens galvaudé du terme.

Pour autant, le yoga n’est pas un individualisme au sens étriqué du terme, c’est la volonté de partager le sacré de sa propre vie avec toutes les autres vies.

Je ne suis de toute évidence pas un professeur de yoga très souple en apparence mais j’enseigne avec ferveur ma quête de souplesse et j’enseigne l’art de défendre ses valeurs, sa personnalité et la sagesse du yoga afin que chacun puisse trouver sa juste place dans le monde.